Amener ses idées « Outside the Box » en entreprise

Cindy Carvalho
5 min readSep 3, 2020

Combien de fois vous a-t-on demandé de challenger le statu quo? Dans les entreprises, on cherche des personnes qui viennent avec de nouvelles idées et des solutions différentes, on cherche de la créativité, de la proactivité, de l’efficience. Mais combien de fois avez-vous voulu apporter des réflexions sortant des sentiers battus et qu’on vous a répondu : « non, mais ça ne fonctionnera pas comme ça », « on a toujours fait comme ça » ou qu’on vous a simplement ignoré ?

Pourquoi vous demander de penser autrement si pour finir, vos idées ne sont jamais assez bonnes ? Devriez-vous continuer à le faire tout de même ? Ne baissez pas les bras et rappelez-vous que “la difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes”. Simplement il y a manière et manière d’apporter vos idées et de les faire accepter. Je vous propose ici quelques trucs et astuces afin de mieux d’y parvenir.

Penser Outside the Box, ça veut dire quoi ?

Tiré de l’anglais, cela signifie littéralement : penser en dehors de la boîte. De manière générale, penser outside the box, cela veut dire penser d’une manière différente, voir une situation sous un angle nouveau. Certains définissent aussi l’expression comme le fait de sortir de sa zone de confort et réfléchir d’une façon inhabituelle. En bref, c’est une compétence très recherchée dans le monde professionnel actuel qui est en constante évolution et où il faut s’adapter très vite et optimiser le plus possible.

Pourtant dans les faits, il arrive souvent qu’on se heurte à des difficultés telles que la résistance ou même, à l’ignorance lorsqu’on propose une nouvelle idée ou une nouvelle façon de faire. Malgré toute votre bonne volonté, votre idée peine à passer. Alors que faire ?

Comprendre et analyser l’environnement

La métaphore de la « box », dans le contexte professionnel, représente un ensemble de plusieurs éléments : la culture de l’entreprise, les processus mis en place, les habitudes des collègues et de l’équipe, la façon de penser et de travailler du supérieur, l’ouverture d’esprit général, … et j’en passe ! Ce sera donc votre première tâche : comprendre votre nouvel environnement.

Il vous faudra peut-être plusieurs mois avant de comprendre les codes, parfois implicites, de l’entreprise. Il est donc important de vous renseigner le plus possible sur son fonctionnement.

Informez-vous sur l’histoire de l’entreprise, ses codes de conduites ainsi que ses valeurs (je précise ici qu’il peut y avoir une différence entre ce qui est noté dans la charte d’entreprise et ce qui est vécu au quotidien!).

Identifiez quelques personnes qui pourraient vous aider à y parvenir plus rapidement :

  • Ceux qui sont là depuis longtemps : ils sont l’une des sources d’informations les plus importantes. Ils connaissent tout le monde et savent exactement à qui il faut s’adresser selon la thématique. Ils connaissent aussi d’éventuelles anecdotes intéressantes pour vous aider à mieux comprendre la culture de l’entreprise.
  • Les nouveaux collaborateurs : ils sont comme vous en apprentissage. Ils font également leur recherche et sont parfois plus à mêmes de vous expliquer simplement les choses. Ils peuvent aussi vous aider à éviter quelques faux pas en partageant avec vous leurs expériences.
  • Les experts : c’est les plus calés dans leur domaine au sein de l’entreprise. Utile lorsque vous ne comprenez pas tous les enjeux d’un processus spécifique, par exemple.

Discuter et échanger avec ces personnes vous permet aussi de mieux connaître l’état d’esprit de l’entreprise. Vous verrez ainsi rapidement si vous vous trouvez dans un milieu qui est plutôt ouvert ou fermé à la nouveauté.

Comprendre les objectifs de chacun

Une fois que vous comprenez mieux la culture et le fonctionnement de l’entreprise, il peut aussi être intéressant de mieux connaître les personnes qui vous entourent. Chaque personne peut avoir des buts différents au sein de l’entreprise. Il est essentiel de savoir à qui vous adresser et qui serait plus enclin à vous aider à développer une nouvelle idée.

  • Les satisfaits tranquilles : ils sont contents de leur poste, ils aiment ce qu’ils font et se spécialisent dans leurs tâches actuelles. Ils ne cherchent pas forcément à évoluer au sein de l’entreprise et aiment leur tranquillité. Ils vont peut-être trouver votre idée intéressante, sans forcément chercher plus loin.
  • Les insatisfaits inactifs : ou ceux qui se plaignent constamment de l’entreprise, du chef, du collègue, de leur salaire (et j’en passe !) mais ne font jamais rien pour changer leur situation. Ils vont trouver votre idée très intéressante mais ne vont pas vous aider ou vous soutenir dans votre démarche. Ou alors, ils vont lui trouver tous les défauts du monde. Vous pouvez vous tournez vers eux si vous voulez être challengé ou… si vous voulez vous sentir découragé. A vous de prendre ce qu’ils peuvent vous apporter, ou non !
  • Les ambitieux parfaits : ce sont ceux qui suivent toutes les procédures à la lettre, ils disent et font toujours ce qu’il faut. Ils connaissent parfaitement le fonctionnement et les enjeux politiques de l’entreprise et sont vus comme les « Futurs Talents ». Même s’ils ne sont pas toujours ouverts à la nouveauté, ils peuvent par contre, vous aider à mieux comprendre les enjeux politiques afin de savoir comment et à qui présenter votre idée.
  • Les ambitieux innovateurs : ils sont très ouverts à la nouveauté et veulent faire les choses autrement. Ils seront probablement ouverts à vous aider dans votre démarche et peuvent même apporter une perspective supplémentaire à votre projet. Ils seront les premiers à vous soutenir s’ils pensent que votre idée est bonne.

L’idée ici est de vous associer à des collègues qui vous aiderons dans le développement de votre idée. On ne le dira jamais assez : “seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin”. Il sera aussi plus facile de présenter votre idée en groupe, vous aurez ainsi plus d’arguments et aussi plus de force de persuasion. Donc plus de chance de voir votre idée être acceptée par la majorité.

En conclusion…

… et d’après mon expérience, pour maîtriser la compétence de penser « outside the box » il vous faut d’abord commencer par connaître parfaitement l’intérieur de la « boîte » dans laquelle vous évoluez. Que ce soient les valeurs, les codes, les procédures ou encore, les enjeux politiques, tous ces éléments sont importants à prendre considération lorsque vous souhaitez présenter une nouvelle idée. Il arrive parfois que votre idée soit rejetée simplement parce que vous ne l’avez pas présentée correctement, ou parce que vous ne l’avez pas présentée aux bonnes personnes.

Lorsque vous arrivez dans une nouvelle entreprise, laissez aussi le temps aux collègues de vous connaître et de voir vos compétences en action afin de pouvoir gagner une certaine légitimité dans votre poste. Il vous sera ainsi plus facile de convaincre et de faire évoluer vos nouvelles idées.

A vous de jouer !

--

--

Cindy Carvalho

Passionnée de communication interpersonnelle, je vous aide à développer vos compétences sociales, émotionnelles et communicationnelles.